Zeréck an d’Schoul

Rencontre des diplômés de la Promotion 1963 à l’EHTL le 16 novembre 2018

Ils étaient douze en 1963 à recevoir leur diplôme de l’École hôtelière de Diekirch. Cinquante-cinq ans plus tard, les anciens diplômés se sont retrouvés à l’École d’Hôtellerie et de Tourisme du Luxembourg pour évoquer leur études, les joies et les peines qu’ils ont vécues au cours des dernières décennies.

Certains s’étaient perdus de vue depuis cinquante ans et ont eu du mal à se reconnaître; par contre, leurs souvenirs de leurs études à la Hotelschoul, qui à l’époque ne comptait que 57 élèves et était située près de l’église de Diekirch, restent bien vivaces: « C’était trois belles années! Notre chef de cuisine était sévère et en même temps un super professeur. Nous avons beaucoup appris et effectué de bons stages. » Avant d’obtenir leur diplôme, ils ont dû faire leurs preuves dans les épreuves théoriques et pratiques et parfois cela n’a pas fonctionné du premier coup:  « Ech hun missen en Noexamen an der Compta noschréiwen. »

Beaucoup de ces anciens diplômés ont fait carrière dans l’hôtellerie, mais leurs enfants n’ont pas forcément repris le flambeau: « Nous avions organisé un conseil de famille pour savoir si nos jeunes voulaient poursuivre l’entreprise familiale. Ils avaient envie de suivre une autre voie et nous avons respecté leur choix sans essayer de nous ingérer dans leurs décisions. » Les anciens reconnaissent que si leur métier était passionnant, les procédures administratives et les normes d’hygiène requises entaînenent de plus en plus de contraintes.

À l’occasion de leur rencontre à Diekirch, les anciens diplômés ont eu l’occasion de découvrir les infrastructures de l’EHTL, qui répondent aujourd’hui à des normes très strictes, et de prendre connaissance des prochains projets que l’école compte réaliser, comme par exemple la mise en place d’un hôtel d’application fonctionnant selon le principe de l’économie circulaire.

Au cours d’un déjeuner convivial organisé dans le restaurant de l’école, les diplômés de la promotion 1963 ont eu l’occasion d’apprécier le travail réalisé en cuisine, en pâtisserie et en service par les élèves d’aujourd’hui. Et leur message à l’adresse des futurs professionnels est le suivant: « Certes, les compétences professionnelles sont indispensables, mais n’oubliez pas votre formation de base. Maîtriser les langues étrangères et posséder une solide culture générale est tout aussi important dans un métier où vous serez quotidiennement en contact avec des clients et des partenaires venant de tous les horizons. »